POST

POUR DEBUTER LE YOGA SANS "ECHEC"

C’est après la lecture d’un texte sur les dangers du yoga qu'il m'a semblé important de revenir sur les motivations qui nous poussent à pratiquer le yoga et les raisons qui nous amènent à y renoncer.


Avant de pratiquer, nous nous sommes souvent posé un certain nombre de questions par ex :

A qui s’adresse le yoga ?

Quelles sont nos motivations ?

Qu’est ce que le Yoga ?


Je ne vais pas revenir tout de suite sur la définition du yoga , mais sur l’idée souvent véhiculée que le Yoga est (ou a été) réduit, pour bon nombre d’entre nous, au seul travail postural et réservé aux personnes ayant certaines aptitudes physiques.

Pour que personne ne puisse se sentir exclu, je définirai le yoga ainsi : Une voie d’apprentissage indissociable, de l’expérience ,d’une pratique régulière en vue d' obtenir une véritable libération.


Il existe bien sûr des définitions beaucoup plus classiques et précises auxquelles vous pouvez vous référer .

Faisons une petite parenthèse pour revenir a certain fondamentaux du yoga Aux Yoga Sutra de PATANJALI par exemple et sa voie octuple ( yoga classique )

Quelles sont ces 8 étapes :

  1. Pour les 2 premières des règles morales et hygiène de vie YAMA

  2. et NIYAMA (chacun pourra s’y référer )

  3. La troisième notre travail postural plus connu sous le nom d’ASANAS

  4. Le quatre le PRANAYAMA contrôle du prana avec un travail sur la respiration

  5. Le cinquième le PRATYAHARA détourner les sens des objets extérieurs et les 3 dernières étapes qui sont les plus importantes.

  6. La sixième DHARANA la concentration maintenir l’esprit sur une seule pensée

  7. La septième DHYANA la méditation

  8. La Huitième SAMADHI ( la libération).

Le but du yoga traditionnel est avant tout une voie de Libération ( j'y reviendrai dans un autre texte).


Revenons à ce qui nous a amenés, nous occidentaux, à franchir les portes d’un cours de Yoga .

En occident, le yoga est souvent considéré comme une gymnastique douce, associée à des exercices respiratoires et des efforts de concentration, pour faire le vide . Le but est de se détendre et d’oublier soucis et douleurs et aussi d'atteindre une certaine sérénité .


Revenons à cette personne (le cas qui nous intéresse aujourd’hui) qui débute ,pour l'instant, un peu sur la réserve et pas spécialement souple.

Le cours commence et elle se “confronte” à sa première posture (ASANAS) . Un regard sur son voisin de droite la rassure et sur celui de gauche la déprime …. Notre corps est notre livre d’histoire.

Ce n'est pas une vue de l’esprit puisque physiologiquement ,notre activité motrice ,sensorielle, va s’inscrire au fil du temps, sur les régions motrices et sensitives de notre cerveau . Comme le disait si bien Henri Laborit “ce sont les autres qui ont construit notre cerveau”. Notre culture, notre éducation ,le pays où nous grandissons, vont être des éléments extérieurs, qui vont nous conditionner ,créer des habitudes, des automatismes qui vont agir sur notre comportement, sur notre façon de penser, de regarder le monde qui nous entoure. Tous ces éléments extérieurs vont modeler notre personnalité. Si ils sont limitatifs ils vont réduire, redimensionner notre être , nous éloigner progressivement de qui nous sommes vraiment.

Notre personnalité devient trop étriquée, comme un vêtement qui ne serait plus à notre taille. D'où l'apparition de tensions, de crispations qui parasitent notre corps, qui réduit sa mobilité. Un mal être intérieur va progressivement investir nos pensées, nos émotions .Générer un inconfort psychique .

Grâce à cette prise de conscience nous allons chercher un remède à tout cela le yoga peut-être l'un d'entre eux, parmi d’autres .

A première vue concilier occident (qui fonctionne avec le raisonnement) et orient ( qui s'appuie sur son intuition) paraît difficile .Ils ne font pas forcément bon ménage .Pouvons nous envisager de pratiquer un yoga des plus orthodoxes tout en conciliant notre besoin de “réussir” ,de tout “comprendre” et de s’engager dans une forme de lâcher prise que nous avons d’ailleurs bien du mal à vivre et à comprendre.


Revenons aux fondamentaux de ce travail postural et à notre débutant.

Les postures de base favorisent un véritable travail d’introspection, un regard sur nos limites corporelles ( a ce stade mon voisin de droite et de gauche ont disparu, je suis seul avec moi même). Et grâce à nos raideurs comme nous l’avons déjà évoqué, nous pouvons partir à la découverte des composantes de notre vie et de nos états psycho-mentaux . Pourtant à ce stade trop de difficultés peuvent entraîner une forme de renoncement ou de mise en situation d’échecs . Vous pourrez vous sentir découragé. Vous sentir ’inapte .


Il est important de revenir sur l’objectif du yoga et de comprendre pourquoi vous le pratiquer .

Vous ne devez en aucun cas dans le travail qui vous est proposé, forcer de manière répétée, pratiquer dans la douleur jusqu'à vous sentir découragé et renoncer . Au début, la posture peut paraître inconfortable, incommodante, voire insupportable . Ne rentrez pas en compétition ni avec votre professeur ,ni avec les autres élèves. Il ne faut ni forcer ni souffrir mais s’ouvrir …à soi même. Emprunter la voie de “ l’être” plutôt que ‘“du faire”, ne pas chercher immédiatement la finalité de la posture mais l'appréhender consciemment étape par étape avec fluidité et progresser à son rythme .

Comme le dit Paramhansa Yogananda nous devons être dans la conscience plutôt que dans l’action.

Un travail régulier vous permettra d’associer une respiration naturelle et mieux “ maîtrisée “ .

A partir des premiers bienfaits , votre sensibilité développée vous orientera peut-être vers une meilleure hygiène de vie et une aspiration à retrouver votre être profond par des méditations guidées et progressives.

Au fil du temps l’effort disparaîtra au profit d’une position plus ‘méditative” .

Laissons au temps le temps pour nous ouvrir à d'autres horizons .

Vous pourrez continuer le chemin octuple de Patanjali ( si besoin est) sans brûler pour autant les étapes avec authenticité, simplicité et respect .


Irène & Philippe Saura